vendredi , 19 avril 2024 - 18:53:30
FLASH
Accueil / Actualités / Interview / N’Cho Armand Marius, coordonnateur du PACT2.0 et de l’AJ1645PD : « Le fonctionnement de nos chefferies est encore à l’état rudimentaire’’

Interview / N’Cho Armand Marius, coordonnateur du PACT2.0 et de l’AJ1645PD : « Le fonctionnement de nos chefferies est encore à l’état rudimentaire’’

N’Cho Armand Marius est Journaliste professionnel et Secrétaire Général de l’Association des Jeunes de 16 à 45 ans pour la PAIX et le Développement (AJ1645PD). En 2021, son association elabore et lance le programme d’appuis aux chefferies traditionnelles (PACT) afin de contribuer à l’émergence de communautés villageoises impliquées et bénéficiaires des actions de développement. A quelques semaines de l’organisation d’ateliers de présentation de ce programme aux chefferies, nous l’avons rencontré pour en savoir davantage sur les enjeux qui en découlent.

Vous avez lancé en 2021 le Pact afin de soutenir les autorités traditionnelles. Dites-nous qu’est ce que le PACT2.0 et expliquez-nous le pourquoi de sa création.

Le PACT2.0 qui signifie Programme d’Appui Administratif aux Chefferies Traditionnelles, est un processus de renforcement des capacités des auxiliaires administratifs coutumiers en vue de leur permettre de conduire des initiatives de développement en synergie avec le Programme National de Développement (PND) piloté par les pouvoirs centraux. La nomenclature administrative de notre pays considère la Chefferie traditionnelle comme une institution administrative locale affiliée au gouvernement, et la nécessité pour elle de se conformer aux normes de gestion territoriale implique pour elle une compétence en la matière, raison pour laquelle nous jugeons impératif de la doté des outils modernes qui faciliteront pour elle son implication dans la promotion et le suivi des actions publiques à l’intérieur de sa circonscription territoriale, pour le bien-être de ses administrés. Etant donné que près de 2/3 de la population nationale est repartie sur l’ensemble des 8000 villages que compte notre pays.

Vous avez contextualisé le lancement du PACT2.0 avec les objectifs de développement durable de l’ONU. En quoi le Pact2.0 peut-il contribuer à l’atteinte de ces objectifs en Côte d’Ivoire ?

Allez comprendre que le but des ODD est de répondre aux besoins d’une société organisée et autonome, alors considérant la démographie de notre pays et la répartition des peuples bénéficiaires desdits ODD, vivant en Côte d’Ivoire, un programme dde renforcement des capacités des Chefferies ferait d’elles des acteurs essentiels du développement local, puisqu’ils sont les garants des us et coutumes , puis de la vie socioéconomique d’une partie importante de la population ivoirienne qui, pour la plupart n’ont aucune notion basique des voies d’accès à une vie sociale équilibré. Les gouvernements auraient des antennes relais pour le ciblage des besoins réels des populations. L’exactitude et la probité dans la communication des données d’études statistique et autres aspects du développement.

Votre démarche est certainement la résultante d’un diagnostic réalisé sur le fonctionnement de nos chefferies traditionnelles. Quel est ce diagnostic ?

Lors du lancement en 2021 de la première phase pilote, les autorités préfectorales et coutumière ont salué l’initiative en arguant, que c’était difficile de travailler avec les chefferies car, ils ne tenaient pas de rapport de leurs activités, il n’existait pas de comptabilité, et certains chefs prétendaient qu’ils ne connaissaient pas leurs droits en tant qu’administrateurs villageois. De vous à moi, en ce millénaire ci, pour un Etat qui se respecte, peut-on accepter qu’il y ait des territoires où aucun rapport, ni la comptabilisation de l’exercice territorial n’est maitrisé ? Alors que nous parlons de bonne gouvernance. A cette question je répondrais que nos chefferies sont encore à l’état rudimentaire. Il n’existe aucune gestion fluide et les villageois sont livrés à eux-mêmes. C’est d’ailleurs ce qui cause le peuplement des villes adjacentes, avec la naissance de bidonvilles par ci par là. Le cas des casses qui ont lieu actuellement à Abidjan en est une conséquence palpable.

De quels appuis, les chefferies traditionnelles ont-elles véritablement besoin pour contribuer au développement ?

Dans le cadre du PACT2.0, il s’agit de partir d’un processus de sensibilisation à la chose administrative, pour aboutir à l’ouverture de Bureaux d’Appui Communautaire qui serviront de cellules administratives doté de matériels bureautiques et informatiques, pour la délivrance de services publics de base en fonction des besoins exprimés par les populations. Et ce via le recrutement et la formation de jeunes diplômés locaux en tant que prestataires desdits services, sous l’autorité administrative du Chef de village. Ces services pourraient inclure, entre autres, le suivi des demandes de documents administratifs, l’archivage et gestion des titres fonciers, l’identification des agr, la collecte des Cdv et autres prélèvements sur activités économiques, etc.

Que représentent la Conapci et l’AJ1645PD pour le PACT2.0. Comment interviennent-elles dans sa mise en œuvre ?

La CONAPCI qui signifie Coordination Nationale du PACT2.0 en Côte d’Ivoire est l’organe fédérateur des acteurs et institutions de développement ayant accepté via accords de piloter le programme avec l’AJ1645PD qui est l’organe porteur du projet. En un mot l’AJ1645PD et ses partenaires constituent la CONAPCI. Et c’est la CONAPCI qui pilote le PACT2.0 pour l’Etat de Côte d’Ivoire.

A quelle étape se trouve la mise en œuvre du PACT2.0 ?

Après le lancement en 2021 où nous avons bénéficier du soutien de m (Ministère de l’environnement), par la donation d’un kit de matériels de salubrité dans le cadre du service de lutte contre la salubrité à l’intérieur du village pilote, nous poursuivons notre recherche de partenariat institutionnel en vue de mettre sur place la CONAPCI et relancer le projet sur tout le territoire national. L’état de Côte d’Ivoire est il partie prenante dans la mise en œuvre de ce programme ? Nous dirons même que nous sommes en mission pour l’Etat ( rire), même si cela ne se ressent pas. Les choses vont s’arranger.

Qui finance le PACT2.0 et avec quel enveloppe ?

Le lancement de 2021 dans le département d’Alépé a été financé en intégralité par l’AJ1645PD, à hauteur de plus de 3 millions FCFA. Nous avons reçu l’Appui technique d’un Bénévole étudiant de l’Université de Bordeaux Montaigne, qui est venu pour la préparation de son doctorat en Master Interdisciplinaire des Dynamiques Africaines (MIDA), une filière de l’enseignement Français. En la personne de Mr Guillaume SONET, il a été d’une ressource humaine remarquable pour le PACT2.0, pour le moment l’AJ1645PD finance le PACT2.0.

Comment les chefferies traditionnelles, principales bénéficiaires du PACT2.0 réagissent-t-elles ?

Oh, faut dire que nous recevons beaucoup d’appels de Chef de village qui souhaitent qu’on intervienne chez eux, mais on ne veut pas faire les choses de façon singulière. Un tel programme pour mieux impacter la vie des populations doit faire l’objet d’une bonne programmation, et c’est ce qui nous poussent à multiplier les RDV avec les institutions capables de nous accompagner. Les choses vont s’arranger.

Quel sera à terme l’impact attendu de la mise en œuvre du PACT2.0 dans la vie de nos villages et dans le quotidien des villageois ?

Vous n’imaginez pas combien de jeunes locaux qui ayant abandonné les bancs et n’espéraient plus trouver d’emploi décents, qui seront engagés. Pensez aussi à la proximité des services de bases, la capitalisation des ressources financières des villages et le développement de partenariats. L’accessibilité à l’information publique et l’éducation citoyenne à l’appréhension de la chose administrative, et bien d’autres qu’ on ne saurait énumérer ici.

Dites nous tout sur l’atelier de présentation du Pact qui aura lieu dans le courant du mois de mars.

Il s’agit comme tout atelier de suivre le protocole administratif en associant l’institution icône des chefferies villageoises qu’est la CNRCTCI au PACT2.0. Au cours de cet atelier nous présenteront le PACT2.0 à la Nation ivoirienne, aux institutions internationales et aux bailleurs. Un atelier qui montrera à l’opinion internationale le dynamisme du Gouvernement de Côte d’Ivoire dans la mise en œuvre du Programme d’Amélioration et de la Délivrance de Services de base aux populations (Banque Mondiale) et l’Open Governement Partnership (OGP).

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Maintenance automobile: Le maire Aby Raoul inaugure un garage doté de technologies de pointe à Marcory

Aby Raoul, maire de la commune de Marcory a procédé aujourd’hui 15 mars 2024 à …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

?>
marvinwindowsmichigan