mercredi , 30 novembre 2022 - 20:22:52
Accueil / Actualités / Entrepreneuriat jeune : Junior Achievement africa s’enrichit de deux nouveaux programmes

Entrepreneuriat jeune : Junior Achievement africa s’enrichit de deux nouveaux programmes

Les activités de Junior Achievement (JA) africa se sont enrichies cette semaine de deux nouveaux programmes pour booster les capacités entrepreneuriales des jeunes sur le continent. Il s’agit en l’occurrence de « Passeport pour le futur » et de l’initiative « Futurpreneurship ». Ils ont fait l’objet d’un lancement officiel ce lundi 17 octobre à Abidjan en présence des représentants de deux partenaires clés de JA à savoir la fondation Coca cola et la Tomorrow foundation.

A travers ces deux programmes, JA Africa veut créer des communautés Africaines prospères. (Ph. MN)


Futurpreneurship est un programme destiné à doter les jeunes africains de capacités entrepreneuriales pour le futur notamment dans le domaine de l’innovation et du digital. Selon les explications de Mme Simisola Nwogugu, Directrice Générale de JA Africa, avec ce programme, il ne s’agit pas seulement de savoir créer et gérer une entreprise mais surtout de savoir le faire en tenant compte des défis technologique et digitale du futur. Avec “Passeport pour le futur” il est question, comme son nom l’indique, de délivrer un passeport aux jeunes porteurs de projets pour le futur. Concrètement cela consiste à accompagner le jeune dans la création et la gestion de son projet d’entreprise à travers des subventions de démarrage, des compétitions de Pitch, du mentorat, des ateliers de formation immersive, etc. Dans le déploiement de ces deux programmes, la Tomorrow foundation s’occupe de l’aspect technologique et digital tandis que Coca Cola foundation intervient dans le programme de mentoring, les subventions de démarrage et l’organisation de concours de pitch.


L’avènement de ces deux programmes réjouit particulièrement la directrice Afrique de Junior Achievement. Selon elle, ils cadrent parfaitement avec la vision globale de sa structure. « Notre vision est de bâtir les compétences et changer positivement la mentalité des jeunes africains afin qu’ils puissent à leur tour bâtir des communautés africaines prospères. Nous voulons que les jeunes africains soient des solutions aux problèmes de leurs communautés en créant des entreprises pour répondre à ces problèmes, ce qui sera source de richesses et de création d’emplois ».


Par ailleurs, ces deux programmes veulent mettre l’accent sur les pays francophones d’Afrique notamment la Côte d’Ivoire, le Burkina Faso, l’île Maurice, la République démocratique du Congo et le Sénégal, entre autre. Dans l’entendement de JA et de ses partenaires, ces pays sont visiblement en retard par rapport aux pays anglophones, qui grâce aux investissements conséquents des grosses entreprises technologiques comme Google, Microsoft et autres, ont vu leurs écosystèmes entrepreneuriales se développer fortement ces dernières années. On y voit régulièrement des levées de fonds astronomiques et l’émergence de la quasi-totalité des unicornes africains (entreprises, surtout Start-up évaluées à hauteur de millions de dollars). Grâce à ces deux partenaires et à d’autres éventuellement, JA veut rattraper le retard des pays francophones. “Nous voulons apporter les mêmes opportunités dans le monde francophone” explique Simisola Nwogugu.


La contribution de la fondation Coca Cola pour ces deux programmes s’élève à une somme symbolique de 160 000 mille dollars américains (environ 107 millionsde fcfa). Rodrigue Bila, représentant la fondation à cette cérémonie qui s’est déroulé au sein de leur siège abidjanais dans la commune du Plateau a tenu à marquer la fierté de son organisation. « Pour Coca Cola foundation, c’est une fierté de participer à de telles initiatives salutaires. L’autonomisation des jeunes est au cœur de nos actions parce que nous croyons qu’investir ainsi permettra de créer une dynamique de prospérité qui va permettre à l’Afrique de se développer ».


Quand à Maggie Gu, présidente de la fondation Tomorrow, qui a effectué spécialement le déplacement d’Abidjan depuis la Suisse ou se trouve le siège de son organisation, elle partagera son histoire personnelle avec l’Afrique et expliquera la raison pour laquelle, elle a décidé d’investir dans son potentiel. C’est en 2003, qu’elle effectuera son premier déplacement sur le continent noire. Alors que l’actualité ne faisait que parler de la pauvreté du continent, elle ne voyait que la beauté et les potentialités des africains. Elle ressentait un véritable désir de contribuer au développement de l’Afrique.

Toutes ces dernières années, sa carrière professionnelle l’a amené à travailler pour l’Afrique dans tous les secteurs d’activités et plus particulièrement dans la technologie et le digital. C’est pourquoi lorsqu’elle crée sa fondation, elle décide de faire du continent l’une de ses priorités. « Je crois que l’éducation des jeunes, le développement de compétences et la technologie peuvent nous permettre de transformer l’Afrique » explique t’elle au cours de la cérémonie de lancement. C’est d’ailleurs ce qui justifie sa participation dans les deux programmes.


Marius Nouza

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Mobilité urbaine : Des experts se pencheront le 17 novembre sur des solutions efficaces

Le jeudi 17 novembre aura lieu à l’espace Crrae Uemoa à partir de 8 heures, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig