dimanche , 14 août 2022 - 12:45:31
Accueil / Actualités / Environnement et développement durable / Djah Koffi Sylvain, Président du Riced: « L’édition 2022 du Fiedd a pris une dimension internationale»

Environnement et développement durable / Djah Koffi Sylvain, Président du Riced: « L’édition 2022 du Fiedd a pris une dimension internationale»

Journaliste, Monsieur Djah Koffi Sylvain est également le Président du Réseau ivoirien des communicateurs pour l’environnement et le développement durable (Riced). Dans cette interview, il nous fait le bilan des précédentes éditions du Festival des images environnementales pour le développement durable (Fiedd) tout en faisant ressortir, par la même occasion, la particularité de la 4e édition de ce festival qui se tiendra du jeudi 28 au samedi 30 avril 2022 en Côte d’Ivoire.

Le Réseau ivoirien des communicateurs pour l’environnement et le développement durable (Riced) organise le Festival des images environnementales pour le développement durable (Fiedd). Qu’est-ce que le FIEDD et en quoi est-ce une activité importante pour le RICED ?

Le FIEDD est une activité écologique, culturelle et touristique dont le but est de sensibiliser les populations à la protection de l’environnement, la promotion de l’écocitoyenneté, de l’art, de la culture et du tourisme. C’est une plateforme que nous offrons aux acteurs du développement durable, aux organisations de la société civile, aux entreprises privées, aux EPN qui revendiquent une éco-responsabilité afin qu’ils puissent faire connaitre leurs actions et initiatives dans le domaine de l’environnement. Le fiedd est importante pour le RICED parce que c’est une activité majeure de sensibilisation que réalise le Réseau à travers des œuvres artistiques, culturelles, et intellectuelles.

Vous êtes à la quatrième édition de ce festival. Quel bilan pouvez-vous faire des trois précédentes ?

Nous avons enregistré quelques difficultés. Malgré ces difficultés, nous avons quand même pu organiser cet évènement jusqu’à son terme, même si on aurait souhaité bien mieux.

Nous en avons tiré beaucoup d’enseignements. Aujourd’hui, ces enseignements nous permettent de bien amorcer la quatrième édition. Cependant, pour être plus précis, je peux vous dire que nous avons organisé la 1ère édition en 2013. Considérée au départ comme une édition expérimentale, elle a finalement été un véritable succès vu la participation et même l’adhésion  de tous les participants. En effet, à partir du thème central de cette édition qui était : « la cité dans mon objectif », nous avons pu aborder divers sous-thèmes à savoir  l’architecture, la voirie et la salubrité. En se penchant sur ces thématiques, l’objectif était surtout de montrer, par les images, la structure générale, les spécificités de l’habitat en Côte d’Ivoire, la qualité générale de la voirie et les réalités de la politique de salubrité du pays. Je peux vous dire que cette première édition a suscité un réel engouement chez les photographes professionnels. Avec la 2e édition qui a eu lieu en 2014, nous avons enregistré quelques difficultés. Malgré ces difficultés, nous avons quand même pu organiser cet évènement jusqu’à son terme, même si on aurait souhaité bien mieux. Quoiqu’il en soit, l’édition 2014 du Fiedd était placée sous le parrainage du Dr Allah Kouadio Remi, alors Ministre de l’environnement, de la salubrité urbaine et du développement durable. Cette édition a été officiellement ouverte en août 2014 par une conférence de presse. En plus d’Abidjan, l’évènement  devait se tenir dans les régions de Yamoussoukro, Daloa, Gagnoa, San Pedro, Bondoukou, Aboisso et Abengourou. Malheureusement, le Fiedd 2014 n’a pu réunir la totalité de son budget et par conséquent, n’a pu conduire à terme, comme je l’abordais précédemment,  son calendrier. Cependant, avec le thème central qui était : « activités humaines et gestion durable des ressources naturelles », nous avons pu élucider divers sous-thèmes à savoir « Plaidoyer pour la forêt » et « la colère des eaux ». En 2016, le Fiedd était à sa troisième édition. Celle-ci a eu pour thème central : « tous pour un district salubre et convivial ». L’objectif visé était de sensibiliser les autorités et les populations à l’assainissement du District Autonome d’Abidjan. Cet assainissement qui s’illustre par la bonne utilisation des canaux d’évacuation des eaux usées et par la lutte contre l’utilisation excessive des sachets plastiques. Ainsi, le festival a donné lieu à quatre (4) grandes étapes à savoir la cérémonie de lancement, le concours de photographies environnementales, une exposition des photos nominées et des conférences.

Comment ont été organisées ces différentes étapes ?

La cérémonie de lancement a eu lieu le 26 mai 2016 à l’hôtel du district autonome d’Abidjan et a enregistré la présence des représentants de deux ministères (Environnement et Sport), de trois directions générales (Douane, Police, Environnement du District Autonome d’Abidjan), d’entreprises privées, de 63 organisations de la société civile et de plusieurs autres personnalités. En ce qui concerne le concours de photographies environnementales, celui-ci était ouvert aux Organisations non-gouvernementales (Ong), aux organisations des photographes professionnels, aux photojournalistes, aux amateurs de la photographie, aux élèves et aux étudiants. Tous ces participants étaient appelés à produire des photographies sur la base des sous-thèmes suivants : « Attention, le caniveau n’est pas une poubelle ! » et « les sachets plastiques plus néfastes qu’avantageux ». Au sujet de l’exposition, à l’issue de la délibération du jury qui a duré deux jours, ce sont au total vingt (20) photos dont dix (10) dans chaque catégorie qui ont été retenues pour la suite du concours. Les photos nominées ont ainsi été exposées publiquement les 28, 29 et 30 septembre 2016 à l’hôtel du district autonome d’Abidjan. Quant aux conférences, comme il est de coutume au Fiedd, celles-ci ont été prononcées pendant ces trois jours du festival. Lors de la cérémonie de clôture, plusieurs prix ont été attribués aux participants.

La 4e édition du Fiedd est prévue pour la fin du mois d’Avril 2022. Quelle en sera la particularité ?

Comme particularités, l’édition 2022 du Fiedd aura trois grandes dimensions d’égale importance. En effet, cette quatrième édition est à la fois écologique (environnementale), culturelle et touristique. L’autre particularité est qu’il s’agit d’une édition qui s’ouvre véritablement sur l’international. A ce sujet, nous attendons des délégations de hautes personnalités venant principalement de la Colombie, du Nigeria, de la RDC, du Benin, et bien d’autres pays d’Afrique et d’Europe. Il faut préciser que SEM Roland Lumumba, Président de la fondation  Patrice Lumumba, est le parrain international de la quatrième édition du FIEDD. Il faut ajouter que pour le parrainage d’honneur nous avons sollicité SEM Olusegun Obasanjo, ancien Président de la république de ce pays. Sans oublier qu’en plus de la Directrice de Colombia Negra, notre invitée spéciale, nous avons également adressé une invitation d’honneur à la ministre de la Culture de la Colombie. Nous attendons donc de faire de telle manière que cette édition soit véritablement écologique, culturelle et touristique.

Cette quatrième édition est à la fois écologique (environnementale), culturelle et touristique. L’autre particularité est qu’il s’agit d’une édition qui s’ouvre véritablement sur l’international. A ce sujet, nous attendons des délégations de hautes personnalités venant principalement de la Colombie, du Nigeria, de la RDC…

Quels sont les acteurs qui seront prioritairement concernés par cet évènement ?

Ce que je peux vous dire, c’est que les acteurs qui sont prioritairement concernés par cet évènement le seront en fonction des activités qui se tiendront durant ces trois jours. Etant d’emblée un festival d’images, il faut comprendre qu’il y aura une exposition de photos, de dessins d’art, de sculpture et de tout ce qui est artisanal. Les acteurs de ces différents secteurs d’activités sont donc les premiers visés. Il y a aussi un espace de réflexion et d’échanges. Il y aura donc un colloque où les experts du domaine pourront intervenir étant donné qu’ils sont des acteurs de l’environnement et du développement durable. En sus, la dimension culturelle nous permettra d’organiser un spectacle avec notamment, des danses traditionnelles… En gros, tout ce qu’il y a comme contenu culturel qui puisse intéresser non seulement les participants locaux mais aussi et surtout, les invités venus de l’extérieur.  A ce niveau précis, il y aura certainement un échange culturel car la délégation venant par exemple de la Colombie, comprend comme invitée spéciale Esperanza Bioho Perea, directrice de la Fondation socio-culturelle Colombia Negra. Cette fondation fait la promotion de la culture noire. Il y a par ailleurs l’aspect touristique. En plus des hôtels et agences de voyage, il y aura les acteurs techniques du secteur touristique. Tous ces acteurs sont aussi concernés sans oublier, bien sûr, le grand public.

De manière pratique, comment cet évènement sera-t-il organisé et comment va-t-il se dérouler ?

Nous aurons des activités qui se tiendront en salle et d’autres en plein air. Le colloque (l’aspect scientifique) se tiendra en salle, les visites écolo touristiques s’effectueront sur des sites préalablement définis par le comité d’organisation. Quant à l’exposition et au spectacle, ces festivités se feront sur des espaces où les participants pourront facilement accéder. Une cérémonie de lancement de l’évènement s’est tenue le mardi 8 février 2022 à la Maison de la Presse au Plateau.

Hormis ce festival, quelles seront les autres activités que vous entendez promouvoir dans les temps à venir ?

Le Riced étant une organisation de sensibilisation environnementale et de promotion de la culture et du tourisme, nous avons donc sur toute l’année, en plus du festival, le Forum du développement durable

Avant tout, nous disons que le festival est le concentré de toutes nos activités. Le Riced étant une organisation de sensibilisation environnementale et de promotion de la culture et du tourisme, nous avons donc sur toute l’année, en plus du festival, le Forum du développement durable. Ce forum est un espace de réflexion et d’échanges entre les acteurs, les experts et les décideurs sur des problématiques en relation avec l’écologie, l’environnement et le développement durable. Tout au long de l’année, cet espace doit être animé pour que les fruits de ces échanges servent véritablement à la sensibilisation des populations. Par ailleurs, nous mettons en place un magazine qui va se consacrer essentiellement à l’environnement ainsi qu’à tous les autres aspects liés au développement durable. Ce bimestriel sera animé toute l’année. Nous avons aussi des activités ponctuelles de sensibilisation qui sont également prévues.

Interview réalisée par Jean-Paul DEMOUSS

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Publicité sur TikTok: 4 étapes clés à connaitre

Lancer des publicités sur TikTok peut aider à développer sa notoriété, toucher une nouvelle audience …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig