dimanche , 4 décembre 2022 - 18:33:32
Accueil / Actualités / Biomasse: De l’électricité produite à partir de coques d’arachides au Sénégal

Biomasse: De l’électricité produite à partir de coques d’arachides au Sénégal

Produire de l’énergie à partir de coques d’arachide, tel est le procédé mis au point par Balla Diop Ngom, enseignant-chercheur titulaire d’un Doctorat de troisième cycle de Physique du solide et Science des matériaux obtenu à l’Université Cheikh Anta Diop (Ucad) de Dakar. En mélangeant des éléments chimiques comme l’oxyde de zinc et ses dérivés, cet entrepreneur sénégalais a pu obtenir un composé capable de stocker les rayons de soleil dans une batterie en vue de le redistribuer sous forme d’électricité aux populations.

Les coques d’arachide sont transformées en électricité pour les populations des zones rurales sénégalaises (Photo : DR)

« Avec un gramme (1g) de coque d’arachide, on peut obtenir un gramme (1g) du composite et produire une quantité d’énergie équivalente à 0,242 Kilowatt heure », explique-t-il avant d’indiquer que ce projet, d’une technologie peu coûteuse, a pour objectif de produire une énergie respectant l’environnement. « Si cette technologie est maîtrisée et que nous arrivons à faire un transfert industriel, cela permettra de créer une valeur ajoutée pour les producteurs d’arachides et résoudre le déficit énergétique, surtout en milieu rural », ajoute-t-il. L’idée étant en outre de permettre aux agriculteurs de profiter entièrement de leurs récoltes. Au travers de ce procédé encore appelé biomasse, il est question pour l’entrepreneur, de valoriser davantage la culture de l’arachide, bien développée dans la zone centre de son pays, grâce à la transformation de la coque, jusqu’à présent sans intérêt pour les producteurs. « Il va falloir voir comment rentabiliser ces coques d’arachide en envisageant de créer une industrie autour de ce produit », admet-il.

Promouvoir le transfert de technologie

A cet effet, ce scientifique sénégalais a proposé son projet de recherche aux bailleurs et à l’Académie africaine des sciences. Il compte également utiliser cette biomasse pour mettre en place des nanomatériaux d’oxyde métallique en 2D pour la fabrication de batteries afin de stocker l’énergie. En effet, la finalité du projet va au-delà de la recherche car celle-ci vise entre autres à assurer le transfert de technologies. « Le Sénégal dispose d’assez de terres pour la production de cette matière première. A priori, les hectares de terres à exploiter permettront d’employer plusieurs jeunes sénégalais dans la culture de l’arachide. L’industrialisation de la coque d’arachide, une fois réussie, permettra de disposer d’une main-d’œuvre pour un transfert technologique assuré. Nous voulons faire en sorte que toute la chaine de valeur soit rentable au Sénégal parce que les graines permettront de produire de la pâte d’arachide et les coques de l’énergie », explique encore l’enseignant chercheur. Centré sur la valorisation de la coque d’arachide, il indique avoir testé d’autres produits locaux dans ses recherches notamment les feuilles d’hibiscus (bissap en wolof) et de baobab. Ces tests ont donné des résultats convaincants pouvant être profitables aux populations. Ce qui lui a même valu une distinction au niveau international.

L’entrepreneur veut produire de l’énergie à partir de la biomasse des nanomatériaux (Photo : DR)

Un entrepreneur hautement distingué

Le projet de l’entrepreneur sénégalais fait partie depuis avril 2019 d’une trentaine de projets retenus pour bénéficier d’un financement de la Société Royale de Londres dans le cadre du Programme des futurs chercheurs autonomes de l’Afrique (flair). L’entrepreneur recevra à ce titre, une enveloppe d’un montant de 300 000 livres sterling (environ 230,5 millions de FCFA) pour mener à bien le projet dont le thème est le suivant : « La synthèse à partir de la biomasse des nanomatériaux pour le stockage d’énergie ». Ce financement lui permettra de poursuivre ses recherches sur la biomasse pendant deux ans. Fier d’être parmi les récipiendaires du Programme Flair, lui et son équipe compte, dans le même élan, assurer un renforcement des capacités de jeunes chercheurs aux plans national et international. Ce financement, insiste-t-il, servira exclusivement à acquérir des équipements de recherche pour plus d’opportunités dans le domaine, le but étant de susciter l’émergence de nouveaux chercheurs. « Ce projet sera aussi une occasion de créer, dans le futur, un nouveau profil de jeunes chercheurs », martèle-t-il avant de stipuler qu’il mettra davantage en avant les produits locaux pour développer de nouveaux systèmes de stockage d’énergie.

Egalement titulaire d’un PhD en Sciences des matériaux et plasma de l’University of the Western Cape Town, en Afrique du Sud,  Balla Diop Ngom est par ailleurs le directeur du Laboratoire de photonique quantique d’énergie et de nano fabrication du Groupe de physique du solide et sciences des matériaux (Gpssm) au Sénégal. En plus de toutes ces qualifications, il est également l’auteur d’une trentaine de publications scientifiques et communications publiées dans des revues scientifiques de grandes renommées.

Jean-Paul DEMOUSS

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Mobilité urbaine : Des experts se pencheront le 17 novembre sur des solutions efficaces

Le jeudi 17 novembre aura lieu à l’espace Crrae Uemoa à partir de 8 heures, …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig