lundi , 5 décembre 2022 - 17:20:15
Accueil / Actualités / Sécurité routière: Des feux tricolores solaires fabriqués au Benin

Sécurité routière: Des feux tricolores solaires fabriqués au Benin

Des feux tricolores équipés de caméra de surveillance et qui fonctionnent grâce à un panneau solaire, telle est l’invention de la startup Alivo. Mise au point par Cédric Soudé, Paulin Datondji et Franck Kangni, trois jeunes innovateurs béninois, cette invention est, au-delà d’être un moyen de réduire les accidents de la circulation, une innovation visant à préserver l’environnement par l’utilisation des énergies renouvelables.

Ces feux tricolores solaires sont une solution durable et économique pour les pays Africains (Photo : DR)

Conçu en prenant en compte l’état des axes routiers du Benin, cette invention est en fait un kit de feux tricolores de signalisation. Baptisé ‘’Alivo 2.0’’, ce kit de feux tricolores de signalisation dispose de deux systèmes essentiels à savoir  une minuterie pour temporiser l’usager de la route et une régulation automatique de la durée d’attente suivant la densité du trafic routier. Avec pour but d’atteindre le point 3 des Objectifs de développement durable (Odd), ‘’Alivo 2.0’’ veut surtout apporter une piste de solution aux problèmes de la circulation routière au Bénin. Pour les trois jeunes innovateurs, l’idée liée à cette innovation est partie du constat de l’absence et de la défectuosité de certains feux tricolores situés à des carrefours dans les villes du pays. Dans le processus d’invention de ces feux de signalisation, la startup Alivo a initié beaucoup d’expérimentations auprès des autorités béninoises. En effet, depuis janvier 2019, grâce à l’appui de ces autorités, cette startup a installé des feux tricolores locaux au carrefour du 10e  arrondissement dans la ville de Cotonou. Et ces autorités ne comptent pas s’arrêter là. Elles ambitionnent même d’étendre ces feux de signalisation Made in Bénin dans les autres grandes villes du pays. En plus de contribuer à limiter les importations des pièces de rechanges de feux de signalisation en provenance d’Europe ou d’Asie, cette décision vise surtout à encourager l’effort ingénieux de ces jeunes inventeurs béninois. Des efforts qui ont en outre été récompensés après plusieurs années de dur labeur.

Des années de recherche pour en arriver là

Depuis 2014, dans leur atelier à Cotonou, Cédric Soudé, Franck Kangni et Paulin Datondji, tous membres de la startup Alivo se consacrent à fond aux recherches technologiques. En menant une enquête sur le trafic routier, il était déjà question pour ces jeunes entrepreneurs, d’apporter une solution aux problèmes des feux tricolores déjà existants au niveau des carrefours des grandes villes du pays.  « Il nous est revenu que la maintenance et la réparation des feux tricolores reviennent cher aux municipalités, vu que la plupart de ces feux tricolores sont importés. Ce qui amène les mairies à les abandonner en cas de pannes répétées», explique Cédric Soudé. Selon lui, face à cette difficulté, les municipalités avaient donc le choix entre renouveler toutes les installations ou les abandonner. « C’est suite à ce constat que nous avons décidé d’apporter une solution durable », confie-t-il. Ainsi, dans un premier temps, ils ont mené des recherches qui leur ont permis de concevoir des feux tricolores mobiles à mettre à la disposition des communes. Mais, cette expérience n’a pas prospéré, car les autorités municipales souhaitent avoir un dispositif de régulation fixe et non mobile.  Mais le trio n’a pas pour autant baissé les bras. A force de persévérance, ils ont obtenu le soutien de l’Agence béninoise de valorisation des recherches et innovations technologiques (Abévrit). Cette agence les a accompagnés à hauteur de 17 millions F Cfa pour réaliser ces feux tricolores solaires installés à Cotonou. « L’Abévrit nous a aidés à avoir les accessoires : les panneaux photovoltaïques, les feux, les batteries et les câbles d’installation pour concevoir le dispositif », ajoute-t-il. Pour lui, ce sont leurs atouts professionnels et leur savoir-faire qui leur ont permis de constituer le système pour avoir des feux tricolores « Made in Benin ». « Dans chacun de nos modules, nous avons conçu des ordinateurs constituant le cœur du système et  qui comporte le dispositif de fonctionnement du carrefour »,souligne-t-il. A l’en croire, c’est ce dispositif qui permet à chaque usager de connaître son tour de passage. Pour Pierre Dossou-Yovo, le Directeur de l’Agence de valorisation des recherches, il s’agissait surtout d’appuyer les efforts consentis par ces jeunes. « Nous avons mis à leur disposition des intrants. Nous sommes allés dans leur laboratoire, nous avons vu tout ce qu’ils font pour ce pays. Ils sont à encourager », a-t-il déclaré.

Une solution durable

Pour ce trio, ce système solaire est surtout plus économique que le système conventionnel. En effet, l’avantage de l’utilisation de ces feux tricolores est que leur technologie de fonctionnement est maîtrisée. Les mairies n’auront donc pas de difficultés pour la maintenance et la réparation en cas de panne. Au-delà de l’indépendance vis-à-vis de l’énergie électrique, les pièces de rechanges sont aussi disponibles sur place. Pour Cédric Soulé, en plus d’optimiser l’énergie électrique, cette solution permettra de réduire de manière significative le taux de chômage grâce à une main d’œuvre exclusivement béninoise. « Chaque fois que des commandes seront faites au Bénin pour valoriser ce label, c’est la main-d’œuvre béninoise qui sera utilisée. Ainsi, soudeurs, peintres et électriciens béninois vont trouver du travail à faire », soutient-il. Lui et ses autres amis promettent ainsi de poursuivre les recherches afin que ces feux tricolores solaires « Made in Benin » soient disponibles et connus hors des frontières béninoises.

Jean-Paul DEMOUSS

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Marché de l’assurance : Le courtier Optimus et la Fipme lancent des offres mutualisées pour les Pme

Les chefs d’entreprises, leurs familles et leurs employés seront bientôt couverts par des offres d’assurance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig