dimanche , 14 août 2022 - 12:26:40
Accueil / Actualités / Social business Competition: Une application au secours des langues ivoiriennes remporte le premier prix

Social business Competition: Une application au secours des langues ivoiriennes remporte le premier prix

Elles ont séduit le jury de la deuxième édition du social business competition (sbc) qui s’est tenue le jeudi 28 novembre 2019 à l’Université des lagunes à l’initiative de l’accélérateur Aidles. Avec leur projet d’application dénommé Ntou, les étudiantes Lorraine Kra et Ruth Axelle Don veulent participer à la préservation des langues ivoiriennes avec un outil d’apprentissage. Ce qui leur a valu de remporter le premier prix de ce concours de pitch de projets à fort impact social.  

Lorraine et Ruth veulent venir au secours des langues locales ivoiriennes à travers Ntou (Ph Marius Nouza)

En langue locale Goua (Mbatto), l’une des langues ivoiriennes menacées de disparition, « Ntou »  signifie « langue ». C’est le nom que Lorraine Kra, étudiante en master 1 d’économie option économie internationale et sa partenaire Ruth Axelle Don (locutrice de la langue goua), étudiante en licence 3 de communication, ont choisi de donner à leur projet qui consiste en la mise en place d’une application pour l’apprentissage des langues locales ivoiriennes et la promotion des cultures et valeurs du pays. Les deux étudiantes s’inquiètent en effet de la fragilité de certaines langues dans le monde. S’appuyant sur une estimation du linguiste français Claude Hagege qui affirme qu’une langue dans le monde disparait tous les 15 jours, elle se disent préoccupées par la situation des langues locales ivoiriennes, ceci dans un contexte de pression linguistique et de modernisation sociale et urbain qui ne laissent pas de place aux « petites langues ». « En ville, on a tendance à penser que parler sa langue locale, son patois n’est pas avantageux et on se force à maitriser les langues occidentales comme le français et l’anglais en oubliant qu’au fil du temps, nous risquons de perdre nos différentes valeurs, ce qui fondent la richesse de l’Afrique » explique Lorraine Kra, pour justifier leur projet. Aussi, propose-t-elle cette application pour aider les jeunes ivoiriens à préserver leurs langues tout en maintenant le contact avec les langues occidentales.

Le deuxième prix du SBC est revenu à Toh Salimata, promotrice du projet « Agri Banana » qui ambitionne d’aider le gouvernement ivoirien dans sa volonté de lutter contre la prolifération des sachets plastiques qui constitue un danger pour l’environnement. A travers son idée, la jeune porteuse de projet veut fabriquer des sacs biodégradables à partir de fibres de troncs de bananiers. Le projet n’est qu’à l’étape d’idée, mais son impact positif éventuel sur l’environnement a retenu l’attention du jury de la SBC. Enfin, Mlle Delbé Colombe avec son projet Bagou (Maïs en bété) Délices, a remporté le troisième prix. Cette dernière veut révolutionner le « bon maïs » avec de nouvelles saveurs. Les trois projets recevront respectivement 450 euros, 350 euros et 200 euros, soit un montant total de 1 000 euros (environ 657 000 fcfa), actuellement objet d’une campagne de crowfunding lancée par l’Association internationale pour le développement local et l’entrepreneuriat social (Aidles), l’accélérateur d’entreprises sociales à l’origine du concours.

Avec cette deuxième édition du SBC, les femmes portent haut l’étendard de l’entrepreneuriat social en Côte d’Ivoire (Ph MN)

Cette deuxième édition du social business competition a drainé plus de projets que l’édition précédente. Une situation qui réjouit Brice Gnahoré, cofondateur de l’Aidles. « Le nombre de candidatures pour cette deuxième édition est en nette hausse, cela montre que les jeunes qui veulent entreprendre sont nombreux et sont à la recherche d’accélérateur comme le nôtre pour avoir la chance de démarrer » explique Brice. Il se réjouit surtout de la qualité des projets présentés par les jeunes filles et retenus par le jury. « Elles ont présentés des projets économiquement viables en y associant une touche d’innovation sociale  à fort impact pour les communautés auxquels elles appartiennent ». Au-delà de la qualité des projets présentés, l’on retiendra que les femmes portent haut l’étendard de l’entrepreneuriat social en Côte d’Ivoire.

La deuxième édition du social business competition a vu la participation de plusieurs partenaires de Aidles, en l’occurrence Voltalia, dont le représentant, Xavier Jacques Mulliez, était président du jury, Orange Corner et Empow’her. Les lauréates seront mises en relation avec des partenaires et suivies par Aidles dans le cadre du lancement effectif de leurs activités.

Marius Nouza

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Publicité sur TikTok: 4 étapes clés à connaitre

Lancer des publicités sur TikTok peut aider à développer sa notoriété, toucher une nouvelle audience …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig