lundi , 5 décembre 2022 - 18:30:32
Accueil / Actualités / Edith Amenan Kouassi, Fondatrice de O’kedi Perl’rares: Une entrepreneure socialement engagée

Edith Amenan Kouassi, Fondatrice de O’kedi Perl’rares: Une entrepreneure socialement engagée

Avec Edith Kouassi, les déchets biodégradables ainsi que les bouteilles usagés ont droit à une seconde vie pour embellir nos quotidiens et notre environnement grâce à O’Kedi Perl’rares, une entreprise qu’elle a mise en place en 2017. Socialement engagée, elle veut contribuer à son modeste niveau à la préservation de l’environnement, à la formation dans le recyclage et  l’éveil des consciences en matière d’environnement.

Edith Kouassi

Le parcours d’Edith Kouassi est fortement marqué par son engagement social. Sa vie associative au sein de l’Association chrétienne des élèves et étudiants protestants de Côte d’Ivoire (Aceepci), organisation au sein de laquelle, elle est chargée des relations extérieures et sa formation académique orientée vers la préservation de l’environnement au département de géographie tropicale au sein de l’Université Félix Houphouët Boigny, l’ont façonné et ont contribué à faire d’elle une personne consciente des responsabilités sociales de l’individu au sein de la société.

C’est forte de cette prédisposition, qu’elle s’engage en 2015 via l’Aceepci, auprès de l’ong « Education pour une société durable » (EDS) en tant que bénévole afin de s’imprégner des notions de citoyenneté et de respect des droits de l’homme. Edith Kouassi pense que les ivoiriens ne se passionne pas assez suffisamment pour ce type de sujets qui ont leurs pesants d’or dans le monde entier. Pour ce qui la concerne particulièrement, elle participera, au sein de l’Ong, à une étude sur le système éducatif ivoirien pour faire une évaluation de la qualité de formation et surtout pour placer l’éducation au cœur des droits de l’homme. Parallèlement à cet engagement social, son intérêt pour le recyclage grandit au fil de la formation reçue à l’université et de certains constats qu’elle fait elle-même, mais également à cause d’une revanche qu’elle veut prendre sur la vie.

Se positionner pour le recyclage

Etudiante en master de géographie, option environnement, Edith Kouassi est bien au fait des enjeux liés à la préservation de l’environnement. Ce sont des thématiques qu’elle étudie au quotidien. Pour elle, l’utilisation des objets non biodégradables est devenue un des éléments récurrents dans le vécu quotidien des populations. Toutefois, le constat que l’on fait, c’est que ces matières non consommables, non biodégradables, imperméables, légères, volumineuses, parfois fibreuses et toxiques ont un impact environnemental très négatif qui touche la santé de la population, la faune, la flore, les sols, les eaux, le cadre de vie, etc. « En un mot, la durabilité des espèces humaine, animale et végétale est en jeu » affirme-t-elle. D’où son engagement.

Edith est consciente que l’une des solutions à la problématique de la pollution de l’environnement demeure le recyclage des déchets. C’est un sujet auquel elle a décidé depuis 2016 d’accorder de l’importance dans son parcours académique, mais également dans sa naissante carrière professionnelle. En plus, c’est une occasion pour elle de prendre une petite revanche sur l’histoire. En efet, lorsqu’elle n’était encore qu’une gamine, l’une de ses amies s’est blessée gravement avec une bouteille usagée et faute de moyens, cette dernière n’a pas été l’objet de soins appropriés et est décédée des suites de sa blessure. Jusqu’aujourd’hui, Edith continue de déploré cette perte de vie humaine causé par quelque chose qu’on pouvait facilement éviter. Elle se dit que si toutes les bouteilles étaient recyclées à l’époque, une telle tragédie ne serait pas arrivée. Alors elle est plus que jamais motivée dans la promotion du recyclage. Ce sera sa petite contribution pour honorer la mémoire de son amie d’enfance.

Edith Kouassi à la Cgeci academy

Pour ce qui est de la pratique, elle apprendra essentiellement sur le tas en faisant du bricolage d’objets usagés dans le courant de l’année 2017 jusqu’à atteindre aujourd’hui un certain niveau de perfection. En termes de production, O’Kedi Perl’Rares fait essentiellement trois activités à savoir le bricolage, le recyclage de bouteilles et le tissage de perles. Avec sa dextérité, Edith Kouassi peut, par exemple,  transformer des emballages cartons ou des bobines de papiers hygiéniques en boites à cadeaux, des bouteilles de sucreries en abat-jour ou tous autres objets de décoration. Elles fabriquent également des perles d’une beauté renforcée par des objets recyclés. Avec ces activités et la vente des produits, Edith  arrive à subvenir à ses propres besoins ainsi qu’à ceux de son entreprise. Son travail est remarquable. Ce qui lui a valu de se classer parmi les 10 premiers entrepreneurs de tout le programme Prodije, l’incubateur de la confédération générale des entreprises de Côte d’Ivoire, sur plus de 245 projets ou entrepreneurs, en plus d’être sélectionnée sur plus de 2000 postulants au départ. Elle est également lauréate de la business plan compétition de la Cgeci académie 2018. Aujourd’hui, elle veut passer à une autre dimension tout en mettant l’accent sur l’engagement social.

Devenir une grande industrie socialement responsable

Edith Kouassi veut faire de sa start-up une industrie connue sur le plan national et international. Mais, elle veut surtout transmettre son savoir-faire. A 27 ans, elle ambitionne ouvrir une école où elle pourra transmettre son savoir-faire et sa vision écologique, essentiellement à des jeunes filles issues de milieux défavorisés, afin de leur permettre d’exercer à leur tour une activité génératrice de revenus. Autodidacte, elle enseigne déjà le tissage et la confection de perles, le recyclage de bouteille à travers des ateliers de formation et des séances d’apprentissage avec les orphelins (orphelinats de Grand-Bassam, Bingerville) à travers l’Ong Avana lifestyle africa sarl, les jeunes filles, les handicapés, entre autres. Outre son impact environnemental et social, le projet d’Edith cherche à contribuer au développement économique local via l’appui à un réseau d’initiatives privées (micro et très petites entreprises) de collecte, de tri, de déchiquetage, de lavage et de séchage.

En plus du recyclage, Edith œuvre à la mise en place de clubs d’environnement dans les écoles secondaires à travers le pays afin de sensibiliser les plus jeunes aux questions liées à la lutte contre le réchauffement et le changement climatique. Le premier club a été installé au Cours secondaire protestant de Cocody l’année dernière. D’autres suivront en 2019 selon un calendrier qu’elle a bien défini. Au-delà de cette activité son projet le plus cher en ce moment, est celui de mettre en place une association de jeunes environnementalistes de Côte d’Ivoire afin de participer à une prise de conscience nationale à travers des campagnes de sensibilisation. En attendant d’éventuels partenaires, elles réalisent toutes ces activités sur fonds propres.

Marius Nouza

Réaliser sa vision par la foi et l’audace

Pour Edith Kouassi, la vision est très importante dans un projet entrepreneurial. C’est sa vision de faire de la Côte d’Ivoire un pays davantage conscient sur le plan environnemental qui la motive au quotidien. Elle veut absolument atteindre ce but à travers sa future école de formation en recyclage et la création de clubs environnement ainsi que la future association de jeunes environnementalistes.  Mais, au-delà de la vision, il faut de la foi et de l’audace pour arriver à ses fins. C’est pourquoi, quand on lui demande quelles sont les valeurs que doit développer un vrai entrepreneur, elle n’hésite pas à répondre « foi et audace ». Cela implique bien sûr l’endurance. « L’entrepreneur doit avoir la foi en sa vision et la poursuivre en étant endurant ». Ces valeurs sont essentielles selon elle car, dit-elle, la jeunesse doit savoir que le chemin de l’emploi salarié est saturé. La voie la plus sûr c’est l’entrepreneuriat. Or pour entreprendre, il faut développer toutes ces qualités. « Nous avons des potentiels à faire valoir, donc chacun doit réveiller le héros qui dort en lui ». Quant à elle, elle a décidé de travailler à l’éveil de conscience et de motiver les jeunes à adopter la voie de l’entrepreneuriat. MN

À propos La rédaction

L'accélérateur africain est une plateforme numérique dédiée à l'information en provenance et en direction des acteurs de l'écosystème de l'entrepreneuriat en Côte d'Ivoire et au delà: entrepreneurs, incubateurs, financiers, formateurs, etc. A travers ses divers rubriques, elle fournit des informations portant sur des questions capitales pour les entrepreneurs à savoir le processus de création d'entreprises, la gestion d'entreprise, la recherche de financement, la visibilité des entrepreneurs, les idées de business, etc. Au delà, l’accélérateur africain veut contribuer à préparer les mentalités à une transformation positive de l'Afrique.

Vérifiez également

Marché de l’assurance : Le courtier Optimus et la Fipme lancent des offres mutualisées pour les Pme

Les chefs d’entreprises, leurs familles et leurs employés seront bientôt couverts par des offres d’assurance …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Rizki Sadig
Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig Rizki Sadig